Séries Tv à Foison

24 mai 2018

150. Game of thrones saison 7

Résultat de recherche d'images pour "Saison 7 de Game of Thrones"

Genre : Série tv américaine (Fantasy) créée par David Benioff et D. B. Weiss pour la chaine HBO (USA).

Année : 2017

L’histoire : L'hiver est enfin arrivé sur le continent de Westeros. Dans le Nord, les Stark se sont réunis à Winterfell tandis que Daenerys Targaryen s'installe dans la cité de Peyredragon. À Port-Réal, les Lannister, plus que jamais esseulés doivent s'efforcer de conserver le pouvoir. Les Marcheurs Blancs, quant à eux, mené par le Roi de la nuit s'amasse de l'autre côté du Mur, bien décidé à le détruire pour entrer dans le monde des vivants et y anéantir toute vie qui s'y trouve…

A propos de la série :

Cette saison compte 7 épisodes de 52 minutes. Le programme se base sur une série de romans de fantasy écrits par George R. R. Martin.

Critique de ber :

Avant dernier rendez-vous avec la série culte des années 2010. Sur 7 segments, Game of thrones va poser les jalons d'une ultime saison qui se regardera, selon eux, comme un long métrage à chaque épisode.

 

Ici, la première scène a l'art de faire son petit effet. Faisant suite à une ouverture paisible sur une réunion de clan festive, la scène se transforme en un empoisonnement collectif en bonne et due forme. Le ton est donné !

 

Ensuite, on est tout de suite dans le bain dès le premières minutes. On revient dans le grand échiquier où chacun va essayer de trouver le meilleur stratagème afin de conforter ses positions. C'est passionnant durant quatre épisodes qui nous offriront leur lot de combats (mais pas trop) et des alliances plus ou moins éphémères entre partis qui trouvent des objectifs communs à court terme. Si la suite va un peu tanguer c'est dû à un cahier de charge à respecter au vu de la petitesse de la saison. Il y a deux pans de scénario qui vont se trouver "bâclé" à cause d'un traitement trop hâtif au vu des échéances du dernier épisode. Je parle du rapprochement sentimental entre Jon Snow et Daenerys (ses œillades ultra appuyées sont franchement surjouées) et de l'épisodes décisionnel et pragmatique pour apporter la preuve de l'existence de l'armée des morts à Westeros.

 

Heureusement le dernier segment prendra le temps de tout remettre en perspectives avant le grand final. Cet épilogue se jouera par la parole où une alliance va tenter de se forger au milieu d'une arène (magnifique site d'Italica, vestige d'une ville romaine construite en Espagne). Sous haute tension, ce sommet se jouera en parallèle d’une grosse scène de destruction qui verra une fortification naturelle s’écrouler sous les feux d’un dragon zombifié…

 

C’est quand la suite ?

 

Note : 17,5/20

 

Ber

 

 

Posté par DOUF1 à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


149. The terror

Résultat de recherche d'images pour "série the terror"

 

Genre : Série tv américaine (Historico-horreur) créée par David Kajganich et Soo Hugh pour la chaîne AMC (USA).

Année : 2018

L’histoire : En 1845, Sir John Franklin mène une expédition à la découverte du Passage du Nord-Ouest. Elle est composée du HMS Erebus, commandé par James Fitzjames, et du HMS Terror, placé sous l'autorité du commandant en second de l'expédition Francis Crozier. Bloqués dans les glaces au large de l'Île du Roi-Guillaume, les marins vont tenter de survivre entre le froid, la maladie et les attaques d'une étrange créature...

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou - 45 minutes. C'est une adaptation du roman Terreur de Dan Simmons.

Critique de ber :

Pas grand-chose à redire à cette somptueuse minisérie née sous l'égide de Ridley Scott. A l'évocation d'un fait historique réel somme toute banal, les créatifs vont amener le récit dans un jusqu'au boutisme rare dans le survivalisme d'un groupe de personnages désespérés. Ajoutez à cela une menace obscure liée à du shamanisme eskimo et vous sombrerez avec les héros dans une descente aux enfers où vont se conjuguer les pires fléaux : mutinerie sanglante, affections corporelles dégénératives, accès de cannibalisme et attaque d’un ours polaire maléfique.

 

Armé d’un casting irréprochable (entre autres un Jared Harris impeccable en capitaine déchu) et d’une narration éclatée dans sa temporalité, la série vole très haut même si on peut lui reprocher quelques CGI inaboutis lors des attaques du géant polaire. A part ça, une série one shot qui fera date selon moi…

 

Note : 18/20

 

Ber

 

Posté par DOUF1 à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2018

148. X-Files saison 11

Image associée

 

Genre : Série tv américaine (Fantastique) créée par Chris Carter pour la chaîne FOX (USA).

Année : 2018

L’histoire : Scully a sombré dans le coma et son activité cérébrale déconcerte les neurologues. Quand elle reprend conscience, elle prévient Mulder et Skinner : l'Homme à la cigarette est encore en vie, plus influent que jamais, et William pourrait être la clé pour l’arrêter.

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou - 50 minutes.

Critique de ber :

Dernière (Ultime ?) livraison de la série culte. Avec des audiences en berne, le constat sera assez sévère. Passé l'enthousiasme (exacerbé ?) lors de la vision de la saison précédente, on se retrouve mi-figue, mi-raisin devant ces nouveaux épisodes. Il y a bien deux ou trois segments qui surnagent (l'épisode sur les doubles maléfiques, un autre sur un jeu de piste et la perpétuation d'une légende urbaine sur une péniche ou encore l'un des derniers où une ancienne chasse au sorcière retrouve des échos dans un patelin où de jeunes enfants disparaissent).

Du côté du cahier de charge "moment plus léger", on notera l'épisode où la série s'autoparodie en intégrant un troisième larron aux aventures passées des deux héros. Assez chouette faut dire.

Ce qui cloche par contre, c'est les avancées de la fameuse mythologie. Totalement agonisante (comme l'état de santé de l'Homme à la cigarette), ces arcs narratifs coulent définitivement le programme dans quelque chose d'indigeste à la limite du ridicule. Heureusement émergera de ce marasme, tout le pan de scénario sur les "retrouvailles" de Scully avec son fils William. Même si cela se soldera souvent par des rendez-vous manqués, X-files trouve quand même un peu de l'éclat qui était le sien…

On pointera également, si l'on veut être anecdotique, un épisode en forme de mise en garde contre les nouvelles technologies. On y suit Mulder et Scully dans un futur alternatifs aux prises avec des intelligences artificielles (sous forme d’objets) qui ont des griefs suite à un pourboire impayé. L'intention était bonne mais le résultat est mitigé car ce segment n'est pas incorporé dans une enquête proprement dite. On pourrait même taxer monsieur Carter de quelque peu plagier la série Black Mirror…

Je pense que même si cela n’a pas été dit officiellement, cela marquera la fin de X-files. J’espère que ces nouvelles aventures auront donné l’envie à quelques jeunes curieux d’aller rattraper les saisons sorties dans les années 90…

Note (clémente) : 12/20

Ber

 

 

Posté par DOUF1 à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2018

147. The Walking dead saison 7

The Walking Dead - L'intégrale de la saison 7

 

 

Genre : Série tv américaine (Horreur) créée par Frank Darabont pour la chaîne AMC (USA).

Année : 2016

L’histoire : Quelques secondes après la mise à mort de plusieurs membres du groupe, Rick fait face à Negan et le menace de mort. Les représailles prendront la forme de tortures psychologiques et autres sévices corporels infligés au clan de Rick...

A propos de la série :

La saison compte 16 épisodes de + ou - 50 minutes.

Critique de ber :

Je vais être direct. Negan fonctionne mieux sur papier glacé qu'à l'écran. Sa folie qui oscille entre acte barbare et torture psychologique ne passe pas toujours bien à la télé. Parfois oui (lorsqu'il "s'installe" dans la communauté de Rick pour l’attendre car ce dernier est parti en "chasse" d'armes) mais souvent cela ne fonctionne guère (on tombe souvent dans d’interminable palabre ou bien on verse dans l’insoutenable).

Pourtant la série se suit quand même sans déplaisir grâce à une ligne de conduite scénaristique assez rigoureuse. Et les velléités des créatifs de jouer l'originalité par rapport au comics (ils inventent deux nouveaux groupes de survivants qui vont jouer un rôle majeur dans l'affrontement contre Negan) peuvent se lire de deux façons. Si d'un côté, on ne peut les blâmer de tenter de faire sortir l'aficionado d'un chemin balisé mais de l'autre, on ne peut nier que « trop de groupes tue les groupes ». Et les enjeux de se distiller dans quelque chose de bien moins maitrisé…

Au final, tout cela ne nuit que peu à l'intrigue. Le plus embêtant est pour moi l’ultime épisode.  On sent bien que le dernier affrontement ne trouvera pas de résolution lors de cette septième livraison. Mais disons que les deux retournements de situation (une trahison de groupe et une "cavalerie" qui arrive à point) tombent un peu comme une touffe de cheveux dans la soupe. Et nous de nous retrouver au milieu d'une dernière scène de guérilla qui ne brille que par son côté brouillon.

Triste de fin de saison pour une série qui dégringole quelque peu aussi dans ses niveaux d'audience. La fin d'un mythe ?

Note : 13/20

Ber

Posté par DOUF1 à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2018

146. Veep saison 4

Veep - saison 4 - DVD - HBO

Genre : Série tv américaine (Comédie-politique) créée par Armando Iannucci pour la chaîne HBO.

Année : 2015

L’histoire : Devenue inopinément présidente des USA, Selina va devoir composer avec les nouvelles embuches qui vont avec la fonctio…

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou – 26 min.

Critique de ber :

Plus Veep avance, plus elle affine son propos. A savoir une critique "légère" mais tout de même au vitriol de la politique.

Et comment mieux illustrer cela qu’en mettant Selina aux commandes de la plus grande puissance Mondiale ?

On n’est pas déçu du voyage et le tout est relevé de la présence en guest d'un Hugh Lorie (Dr House himself) en soutien politique mais qui se révèlera aussi un adversaire de taille.

Les situations se complexifie et l'équipe présidentielle n'aura de cesse de morfler encore plus en essuyant les plâtres d’une tâche ô combien ardue.

 

Et au final, le programme se terminera sur une égalité inédite quant au résultat du dernier scrutin présidentiel. On est pendu aux lèvres de la prochaine saison qui se profile...

Note: 17,5/20

Ber

 

 

Posté par DOUF1 à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


145. The Punisher saison 1

Résultat de recherche d'images pour "the punisher saison 1"

 

Genre : Série tv américaine (Thriller urbain-Super-héros) créée par Steve Lightfoot pour la chaîne Netflix.

Année : 2017

L’histoire : Hanté par l'assassinat de sa famille, l'ancien Marines Frank Castle devient un justicier connu dans le milieu criminel comme le Punisher, qui vise à venger le meurtre de sa famille par tous les moyens nécessaires.

A propos de la série :

La saison compte 13 épisodes de + ou – 50 min.

Critique de ber :

Netflix remet l'église au milieu du village. Après la grosse déception "Defenders", les créatifs ont tout misé sur le vigilante le plus extrême de la galaxie Marvel. En ressort un récit tendu, nerveux et jusqu’au-boutiste dans l'entreprise de Frank Castle pour mettre à jour les sombres desseins des services secrets qui l'engageaient.

Et c'est armé d'une soif de vengeance inextinguible (il a perdu sa famille) et acoquiné d'un informaticien obligé aussi à la clandestinité (le génial Micro en robe de chambre 24h/24) qu'il va mener sa croisade pavée de sang.

On frise le sans faute tant tout est au diapason du matériel d'origine (acteur, ambiance violente et pas mal d'hémoglobine)

Netflix fait plus que rectifier le tir.

Note: 19/20

 

 

 

 

Posté par DOUF1 à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 novembre 2017

144. Veep saison 3

 

vee

 

Genre : Série tv américaine (Comédie-politique) créée par Armando Iannucci pour la chaîne HBO.

Année : 2014

L’histoire : Selina part en campagne pour devenir la première femme occupant la plus haute fonction en Amérique…

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou – 26 min.

Critique de ber :

Troisième livraison pour Veep qui ne perd rien de sa superbe. Des acteurs toujours en grande forme et un rythme qui ne faiblit pas pour décrire le microcosme politique de l'aile ouest de la maison blanche. Subrepticement, mais sûrement, le côté comédie laisse la place à quelque chose de bien plus acerbe.

En filigrane apparait le gigantesque fossé existant entre politiciens les gens lambda. Le pouvoir ne pense plus que par statistique et déplace ses objectifs en fonction de l’opinion publique. Et que dire des conditions de travail des proches de la vice-présidente ! Cela est très intelligemment illustré par le responsable en communication, un peu benêt, qui se fait déranger même le soir de sa nuit de noce.

Au plus bas des sondages, Selina gagnera tout de même son Graal grâce à un coup du sort. Mais on devine, au vu de la hauteur de la tâche, que la série possède encore un fameux réservoir de cocasserie vacharde à asséner la mythique Maison Blanche. On en redemande…

Note : 17/20

Ber

 

 

Posté par DOUF1 à 14:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2017

143. Veep saison 2

veep

 

Genre : Série tv américaine (Comédie-politique) créée par Armando Iannucci pour la chaîne HBO.

Année : 2013

L’histoire : Selina, comme pourrait le faire croire la jaquette, ne se repose pas sur ses lauriers. Elle tente vaille que vaille d’assurer son poste avec rigueur malgré sa sempiternelle propension à la gaffe. Au menu, des tensions diplomatiques avec l’Europe et un statisticien proche du big boss qui n’a de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues. Et tout cela avec l’espoir d’un jour briguer la plus haute fonction du pays…

A propos de la série :

La saison compte 8 épisodes de + ou – 26 min.

Critique de ber :

Toujours aussi efficace, la série continue son petit bonhomme de chemin. Pourtant, le programme gagne un peu en subtilité pour un peu perdre de son efficacité sur les rires engendrés chez le téléspectateur. Maintenant les situations ne perdent rien en cocasserie mais se dessine, sporadiquement, quelques égratignures sur le microcosme politique. Cela va de la complexité de la diplomatie avec l'étranger, les situations inextricables qui peuvent varier d'une seconde à l’autre jusqu’au ambiguë relation que peuvent entretenir les politiciens avec les journalistes (qui ne rêvent que de les mettre à mal). Cela ne manque pas de justesse selon moi.

Ajoutez à cela une personnification de « l’ennemi juré » de l’héroïne et un clifhanger final sous forme d'avancée carriériste. Il n'en faut pas plus pour s'accaparer sans plus tarder le troisième livraison de Veep!

Note: 16,5/20

Ber

 

 

Posté par DOUF1 à 10:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 septembre 2017

142. The Defenders saison 1

def

Genre : Série tv américaine (Aventure-Super-héros) créée par Douglas Petrie et Marco Ramirez pour la chaîne Netflix.

Année : 2017

L’histoire : Iron Fist assemble autour de lui une équipe de super-héros composée de Jessica Jones, Luke Cage et Daredevil dans le but de protéger New York d'une terrible menace, La Main, dirigée par Alexandra Reid.

A propos de la série :

La saison compte 8 épisodes de + ou – 50 min.

Critique de ber :

 

Il faut bien dire que je n’en attendais pas grand chose de ce crossover des séries super héroïques Netflix. Mais son format de huit épisodes a fini par me décider à prendre le train en route. Resituons les choses.

 

Après deux saisons de Daredevil et une de Jessica Jones assez jouissives, Netflix m'avait perdu dans les méandres de sa vision de la suite des événements. Luke Cage m'avait intéressé un peu au début mais ayant vite lâché l'affaire, il est peu de dire qu'Iron Fist me soit passé au-dessus de la tête. Les critiques assassines qui ont essaimé sur la Toile m’ont conforté dans mon idée.

 

Le premier point fort de Defenders c’est que l’on rentre dedans sans le moindre effort malgré les lacunes que l’on peut avoir de l'aventure Netflix en terre Marvel.

 

Et la série s'en sort pas mal pendant 6 épisodes où l'on se dit que la réunion des héros ne passe pas si mal à l'écran et que l'on allait enfin avoir une conclusion des déconvenues de chacun avec l'organisation criminelle de La Main.

 

On est même content de revoir des personnages anciens (Stick et Elektra pour ne pas les citer) apporter leur contribution. Oui, il faut bien avouer qu'il y a pas mal de raccourcis scénaristiques et d'indices qui arrivent un peu providentiellement pour faire avancer l'intrigue mais c'est inhérent à la petitesse de la saison. Donc no problem.

 

Les deux derniers segments auront malheureusement l'art d'enterrer le programme. A cause d'un repère final ridicule des agents de la main (une piteuse carcasse de dragon à des centaines de mètres en sous-sol !!!) et à des scènes qui frisent l'incongru (non mais ils nous prennent pour qui en faisant déambuler les proches des héros dans le commissariat comme dans un moulin !).

 

Triste épilogue. Et ce n'est pas l'image final qui promet un focus, pour la suite, sur la cultissime saga "Born Again" de Daredevil qui arrivera à nous faire croire totalement à de meilleurs lendemains...

 

Note: 12/20

 

Ber

 

 

 

Posté par DOUF1 à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2017

141. Veep saison 1

veep

Genre : Série tv américaine (Comédie-politique) créée par Armando Iannucci pour la chaîne HBO.

Année : 2012

L’histoire : Après une ascension fulgurante, la sénatrice Selina Meyer perd les primaires de son parti pour l'élection présidentielle américaine. On lui demande finalement à la dernière minute de servir son pays en tant que vice-présidente. Elle accepte donc, pensant mener ses projets. Malheureusement, elle semble oublier que c'est son rival qui est désormais son supérieur. Un parcours semé d'embûches politiques l'attend mais elle va continuer à jouer son rôle quelles que soient les circonstances.

A propos de la série :

La saison compte 8 épisodes de + ou – 26 min.

Critique de ber :

Il faut bien avouer que ce type de programme n'a rien d'original. On pense d'emblée à Spin City (avec Michael J.Fox) qui voyait, dans les années 90, l'acteur jouer le premier adjoint au maire de New York. Il devait composer avec une équipe de bras-cassés. Ici, on est dans le même ordre d'idée avec une Julia Louis-Dreyfus (l'illustre d'Elaine Benes de Seinfeld!) jouer le rôle de vice-présidente des Etats unis. Rien qu'à lire cela, on imagine le délire et force est de constater que ça marche !

Mené à un rythme d'enfer, la série se consomme à vitesse « v-v' ». Et c'est toujours dans l'ombre d'un Président (que l'on ne voit jamais à l’écran) que Selina se décarcasse pour défendre ses idées mais souvent de façon assez maladroite. Inspirés, les auteurs inventent le gimmick qui tue (à chaque épisode Sélina demande si le président à appelé avec tjs une réponse négative) et ils osent même parodier un des pires moments qu’a vécu G.W.Bush (l'épisode de l'école primaire quand il apprend devant les caméras les attentats des Twin Towers).

Au final, une bien belle brochette de huit épisodes pour une série qui flirte déjà avec les 6 saisons actuellement.

Note : 16,5/20

Ber

 

Posté par DOUF1 à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,