Dexter_204_2

 Genre : Série tv (Thriller). Créée par James Manos jr pour la chaîne HBO

 

Année : 2009

 

L’histoire : Dexter a bien du mal à concilier son statut de jeune père, son boulot très prenant et sa quête de Trinity, un abominable sérial-killer

 

A propos de la série :

 

La saison compte 12 épisodes de 55 min.

 

 

Critique de Ber :

 

 

 

Alors là, je m’incline devant la qualité de cette saison. Elle débute en fanfare avec un pastiche du générique où l’on voit un Dexter éreinté, tenter d’accomplir les gestes rituels que l’on connaît sur le bout des doigts. Ce petit entracte illustre ingénieusement ses difficultés à être sur tous les fronts avec un bébé ne faisant pas ses nuits. Belle idée que cette entrée en matière.

 

Le programme va d’ailleurs foisonner de très bonnes idées. Tout d’abord le serial killer, qui sévira sur l’ensemble de la saison, est d’emblée identifié par le téléspectateur. Dexter ne tardera pas à le pourchasser, tout en mettant ses collègues sur de fausses pistes pour accomplir lui-même la punition du psychopathe.

 

Ce tueur est un soixantenaire qui assassine depuis trente ans selon une série de trois odieux meurtres qu’il perpétue par cycle. Il tue une femme dans sa baignoire,  force une autre à se jeter d’un toit et  martèle mortellement un homme. Cela fait froid dans le dos ! Telle une horloge suisse, Trinity exerce cet étrange rituel lié à ses souffrances enfantines.

 

Ce serial killer  chevronné va vite exercer une sorte de fascination sur Dexter. Non pas par ses atroces exécutions mais bien par sa capacité à maintenir une cohésion familiale depuis des années, tout en étant aussi très visible au sein de sa communauté chrétienne. Dexter va vite trouver des corrélations avec sa propre existence C'est pourquoi il s’immiscera de façon abusive dans ce cocon familial qui va  rapidement faire sauter son vernis. Même fasciné, le policier n’aura de cesse de fomenter  un châtiment pour ce Trinity. Cette relation est franchement originale et nous tient en haleine jusqu’à la logique confrontation finale qui se jouera en plusieurs actes. Trinity investira même, armé d’un culot incroyable, le propre commissariat de Dexter

 

 

En parallèle, les choses bougent également autour de Dexter. Sa sœur va réchapper d’une blessure par balle et deux de ses collègues vont tenter de convoler malgré l’interdiction hiérarchique.

 

La saison s’offre à nous suivant un rythme assez soutenu. Quand cela s’accélère, le programme se la joue jusqu’auboutiste en passant par les cases retournements multiples de situations (pas mal quand on connaît de suite l’identité de Trinity).

 

Ensuite les scénaristes vont endosser le rôle de "grand malade mental" en clôturant l’année par une vision d’horreur qui anéantira pas mal d’aficionados. Comme s’ils voulaient parachever leur chef d’œuvre d’une grosse claque pour le spectateur. Nul doute que le final aura de gigantesques conséquences sur un Dexter qui commençait tout juste à apprécier, à sa juste valeur, les joies de la paternité.

 

Note :  19,5/20

 

Ber