breaking_bad1

Genre : Série tv (Dramatique-humour noir) créée par Vince Gilligan pour la chaîne AMC.

 

Année : 2010.

 

L’histoire : Un prof de chimie de lycée, se sachant condamné par un cancer du poumon, décide de produire illégalement de la méthamphétamine pour subvenir au future besoin de sa famille.

 

A propos de la série :

 

Cette saison compte 13 épisodes de 45 minutes.

 

Critique de ber :

 

Tout débute par une sorte d’aveu de naïveté, à peine maquillé,  des scénaristes. Ils font mettre en premières pages des quotidiens locaux l’étonnante cause du crash aérien qui clôturait la saison 2. Des premières pages assassines et incrédules, comme l’étaient à mon avis les spectateurs non atteints de léthargie mentale.

 

 

Après ce début de très bon aloi, la suite de la série sera au dessus de tout soupçon. Plongé en plein western urbain (deux frères Chicanos mutiques partent dans une virée sanglante sur les traces d’Heisenberg), le programme n’en oublie pas pour autant ses personnages. C’est dans une sorte de théâtre shakespearien que vont évoluer nos deux héros, entre rancœur inassouvie, vie familiale complexifiée et autre manipulations multiples.

 

Walter va passer de l’état de divorcé (son épouse a tout découvert !) à celui de retour en grâce face aux événements malheureux qui toucheront sa belle famille. Sa femme, qui ne cesse de gagner en sex-appeal au fil de la saison, va véritablement crever l’écran. Sa colère toute compréhensible va subrepticement se muer en quelque chose de plus abstrait. Quelque part aux frontières de l’illégalité…

 

A mi-saison, un premier lever de rideau, très sanglant, verra les deux tueurs mexicains changer de cible. Ce qui les enverra inexorablement ad patres.

 

La seconde partie s’intéresse surtout au nouveau boss de Walt, un gérant de fast-food qui fraye dangereusement avec les cartels de drogue. Sûr de lui, ce dernier n’hésite pas à manipuler tout son monde à sa guise, armé d’un détective carnassier (super rôle pour le Frank McPike d’Un flic dans la mafia).)

 

On passera également par un épisode en huis-clos, blindé de non-dits entres les deux héros qui  se débattront avec  une mouche rebelle. Véridique !

 

Et l’ultime épisode sonnera comme un glas. On ressent sacrément l’épée de Damoclès qui pèse au dessus de la tête des deux larrons. Un danger de tous les instants inonde l’épilogue qui  se clôturera en plein milieu d’une scène, comme pour perpétuer ce sentiment jusqu’à l’année prochaine.

 

Cette saison est un coup de force, c’est moi qui vous l’dis !

 

Note : 19/20

 

 

Ber