californication3

Genre : Série tv (Comédie dramatique) créée par Tom Kapinos pour la chaîne Showtime.

Année : 2009-2010.

L’histoire : Les tribulations d’un écrivain en mal d’inspiration.

A propos de la série :

Cette saison compte 12 épisodes de 25 minutes.

Critique de ber :

De prime abord, on ne sent plus du tout le côté malsain qui m’avait pris à la gorge dès les premiers épisodes de la précédente saison. La série se veut plus légère et envoie notre Hank Moody à l’université pour donner des cours pas très passionnés à de futurs écrivaillons. Et devinez quoi ! Ben oui, Hank va se taper  non seulement une élève mais également son assistante et la donzelle du recteur ! Rien que ça ! Le programme n’étonne guère et frise même le ridicule dans le dénouement de ces coucheries intempestives en nous conviant à un vulgaire marivaudage à la française ! Navrant !

Du côté de son agent  au crâne d’œuf, rien de neuf sous le soleil. Embrigadé encore dans une relation sado-maso avec sa nouvelle patronne (une Kathleen Turner assez insupportable), il jouera le sempiternelle « je t’aime-moi-non-plus » avec son épouse, bien qu’en pleine instance de divorce. Le degré zéro de l’originalité !

Emerge de ce naufrage, le point de vue de la fille de Hank qui, emprunte d’une maturité certaine, met son père face à ses vices et aux valeurs qu’il lui inculque.

Le dernier épisode, quant à lui, sauve ce qui peut encore l’être. En nous ressortant des cartons la jeune lolita de la saison 1,  qui a  truandé un roman à Hank, la série retrouve le souffle qui l’a vu naitre. Un impresario sans scrupule va bousculer véritablement le microsome de l’écrivain que l’on sentira, enfin, véritablement sur la corde raide. Les auteurs ne lâcheront pas l’affaire en abandonnant son héros, au gré du dernier plan, dans une situation qui ne pourra qu’avoir des répercussions dans le futur. On en demandait pas plus mais cet éclair vient prodigieusement tard !

Note : 9/20

 

Ber