true

 

Genre : Série tv (Fantastique) créée par Alan Ball pour la chaîne HBO.

Année : 2012

A propos de la série :

La série compte 12 épisodes de 45 minutes.

L’histoire :

Sookie nage en plein désarroi. Après avoir rejeté sans fioritures ses deux amants vampires, elle est rongée par la culpabilité. Primo suite au meurtre commis en légitime défense d'une loup garou et puis face à son choix de vampiriser sa meilleure amie Tara, blessée mortellement. Eric et Bill, les deux vampires ennemis, se voient traqués par les instances vampiriques.

Critique de ber :

Si la fin de la saison précédente nous avait laissé dans l’expectative, il faut bien reconnaitre que celle-ci s'ouvre sous les meilleurs auspices.

 

Je trouve qu'enfin la série met un peu le frein dans ses outrances scénaristiques pour un peu thésauriser sur le travail déjà accompli.

 

Ainsi, la saison s’ouvre sur la résurrection de Tara et je saluerai les superbes scènes qui la verront découvrir son nouveau statut de vampire. Ce qui est assez rafraichissant aussi, c’est que Sookie est un peu mise en retrait. Il n’y a qu’au fil de la saison qu’elle va remonter à l’origine de la mort de ses parents grâce au concours d’une bande de Fées qui font la bringue 24H/24.  Fun.

 

Les autres intrigues secondaires apportent également leur lot d’agréables surprises. Que ce soit le combat d’Alcide, le loup garou solitaire, pour conquérir la place de chef de meute ou bien l’équipée de Terry Bellefleur aux prises avec un démon revenu d’Irak, on suit tout cela avec une fluidité remarquable. Même le sherif, apparu toujours comme un nigaud, gagne en profondeur via une histoire d’amour assez touchante. Sam et ses potes métamorphes, quant eux, se retrouvent coursés par une bande d’humain masqué (Obama rules !) dont les rafles rappellent les agissements d’un Klan célèbre.

 

Lafayette, aussi,  joue crânement son rôle dans l’aventure. Ses récentes incartades dans le shamanisme l’ont laissé orphelin de son chéri mais également doté de pouvoir médiumnique. Son nouveau statut lui permettra de manger un peu à tous les râteliers des multiples intrigues. Très judicieux de la par des créatifs !

 

Mais pour faire mentir l’adage, j’ai gardé le pire pour la fin !

 

Pourtant, vouloir nous faire pénétrer les arcanes de l’Autorité vampirique avait de quoi allécher. Mais, rapidement, on ne peut que constater que l’addition de plusieurs mauvaises idées va lester les bonnes intentions de départ.  Et faire plonger  irrémédiablement l’entreprise vers les tréfonds du grand n’importe quoi.

 

D’abord, le retour de Russel Edginton (le bad guy saison 3) ne vaut que pour sa traque. Car une fois qu’il apparaît à l’écran, c’est pour nous offrir une auto parodie de lui-même. Puis le recrutement du révérend Newlin, une vieille connaissance époque saison 2, n’apporte pas du tout la moindre plus value scénaristique. Et ce n’est pas fini ! Bill et Eric vont se trouver au centre d’une cabale qui va faire évoluer les philosophies vampiriques sur leur future cohabitation avec les humains. Entre un Eric clairvoyant et un Bill qui épouse peu à peu les nouveaux idéaux sanglants de la nouvelle Autorité, le programme surnage dans une sorte de huis clos bavard, limite intello, dans lequel on n’y croit pas une seconde. Pire, le tout va être gratiné d’une dimension religieuse qui convie à la plus absurde bondieuserie qui soit ! Le fond sera touché lorsque la bande se laisse aller à leurs plus bas instincts lors d’un mariage. Heureusement que le ridicule ne tue pas !!!!!!!

 

Et ce n’est pas l’énième subterfuge des auteurs qui s’accrochent  aux branches avec des explications à l’appui (le concept de Nid de vampire qui voit ces derniers devenir totalement abêtit lorsqu’ils vivent cloisonné entre eux). Le mal était déjà fait.

 

Le salut de toute cette situation réside surement dans le fait que les créatifs vont, encore une fois, au bout de leur délire. Comment ? En clôturant la saison sur une image forte : la réincarnation de la première vampire biblique (Lilith) sous les traits ensanglantés d’un des personnages central.

 

En conclusion, on est face à pas mal de bonnes choses malgré une trame centrale qui verse dans le ridicule. Pourtant, le programme réussit à maintenir un réel intérêt pour l’avenir. On pense bien entendu aux suites directes de la dernières scène mais également sur les prémices semés des futures découvertes  de Sookie sur l’étrange pacte passé par ses ancêtres et un mystérieux vampire (Warlow).

 

Note : 15/20

 

Ber