dex

Genre : Série tv (Thriller sanglant) créée par James Manos jr pour la chaîne Showtime.

Année : 2013

L’histoire : Dexter trouve en la psychiatre Evelyn Vogel une sorte de mère spirituelle. Cette dernière est poursuivie par un tueur en série qui figurait dans sa patientèle. Dexter se met donc à traquer le Neurochirurgien, nom donné par le Miami Metro à ce serial killer sanglant, tout en essayant  de recoller les morceaux avec sa sœur…

A propos de la série :

La saison compte 12 épisodes de 45min.

Critique de ber :

Une page se tourne ! L’emblématique série Showtime tire sa révérence ! Elle a été franchement peu banale cette chronique d’un tueur en série à la télévision. Et résumer cette ultime cuvée est ma foi assez aisé. Si on se base sur le fait qu’il était temps que Dexter rempile ses inoxydables couteaux de boucher (c’était unanime, je pense), il fallait maintenant trouver le bon angle pour clôturer l’aventure.

Je résumerai donc la chose en un seul point mais qui va tomber comme une sentence. Je m’explique. Je crois que les créatifs avaient La bonne idée de A jusqu’à Z pour cette dernière volée d’épisodes. Insérer un nouveau personnage (l’épatante Charlotte Rampling qui plus est !) qui lèverait quelque peu le voile sur la genèse de Dexter me paraissait bienvenu. Ajoutez à cela 15 dernière minutes tout en poésie crépusculaire (dont le déroulé est tout à fait raccord avec la psyché de Dexter) et on tient la formule idéale pour une saison finale de toute beauté.

Malheureusement, tout se casse la figure dans les dix épisodes qui forment le ventre mou du programme ! La faute à un mauvais traitement de l’idée de départ (on se lasse vite du côté manipulateur du Dr Vogel), à un sempiternel jeu de chat et la souris avec le tueur saisonnier (on n’y croit pas une seconde à ce Saxon et ses démons qui remonte à l’enfance), une tentative de fratricide incongrue et le pompon revient à les essais conjugués de Dexter et de Vogel de « former » une nouvelle ouaille. Le grotesque attiendra son paroxysme lorsqu’ils poursuivent tous les trois l’éventuelle première victime de l’apprenti tueur ! Ce qui se voulait être une énième représentation du cocon familial dans ce qu’il a de plus dysfonctionnel se transforme en quelque chose d’ultra caricatural !

Le pire c’est que ce n’est pas tout !

Les auteurs ont voulu rameuter à la fête une ancienne gloire de la série (comme il avait déjà scénarisé le mini come back de Trinity à la saison 5), à savoir la vénéneuse Hannah.

Même si le cœur de Dexter va flancher pour offrir de nouvelles perspectives, on ne m’enlèvera pas de l’idée que trop de subplots finit par torpiller l’intrigue principale. Et c’est dans ce contexte que la série quitte le paysage audiovisuel sans panache.

Pas totalement ratée mais assez loin des cimes qu’elle a pu atteindre, Dexter quitte définitivement le petit écran…

Note : 12,5/20

Ber