hom

Genre : Série tv américaine (dramatique) créée par Howard Gordon et Alex Gansa pour la chaîne Showtime (USA).

Année : 2013

L’histoire : 4 mois sont passés depuis l’attentat à Langley. Tandis que Brody s’est exilé au Venezuela devant l’opprobre populaire, Carrie est de plus en plus isolée face à son patron, Saul, qui semble essayer de lui faire porter le chapeau du fiasco de la CIA…

A propos de la série :

La saison compte 12 épisodes de 55 min. Le programme se base sur une série télévisée israélienne, « Hatufim ».

Critique de ber :

Les promesses de fin de saison passée sont tenues.

Avec des cartes totalement redistribuées, la série retrouve le souffle de ses débuts. On est immergé comme jamais dans l’univers de l’espionnage avec en tête de gondole une manœuvre détonante pour hameçonner le chef de la sécurité iranienne (cf le calvaire (consenti !) de Carrie à l’hôpital psychiatrique). Les espions se trouvent d’ailleurs souvent dans le rôle de vulgaires pions dans un échiquier qui les dépasse (Quinn forcé à tuer le fils d’un terroriste, Carrie qui se fait tirer dessus par l’un des siens…).

Au point de vue intrigue tout s’imbrique de manière assez maligne lorsque le destin des deux héros se vit parallèlement. Captivant est le retour en grâce d’une Carrie qui retourne assez vite au front et le quotidien en Amérique du sud de Brody est d’un réalisme sauvage dans le genre harboiled. Il échappera plusieurs fois à une mort certaine et  finira toxicomane. Quel tableau !

Ajoutez à cela, un superbe traitement des affres vécues par la famille Brody dans la première moitié de saison et  que tout le pan de scénario faisant écho à la grossesse inavouée  de Carrie est traité également avec brio, sans pathos. Pourtant on ne peut nier une légère perte de vitesse dans le final. Je m’explique.

Aux retrouvailles de Carrie et Brody, va un peu trop vite s’enchainer une nouvelle mission périlleuse pour l’ex GI.  Cette pirouette scénaristique tombera trop à pic, faisant écho à une argumentation un peu trop vite torchée. Etonnamment, on vivra tout de même un des moments les plus intenses de la série lorsque Brody approchera de très près sa cible, le big boss de la sécurité iranienne.

Mais après ce moment de bravoure manqué, on sombrera un chouia dans le calamiteux. On suivra, un peu las, les décisions de Brody qui jouera les chiens fous pour mener à bien sa mission. On est là au tout dernier épisode de la saison.

Cela n’augurait rien de bon pour le big final. Heureusement les créatifs s’en tirent finalement avec les honneurs. Grâce à un épilogue qui ne joue pas la demi-mesure : ils osent sceller le destin d’un pilier du programme, mettant définitivement fin aux jeux d’amoureux maudits qu’avaient endossés les deux stars de la série. Mais que nous réservent les auteurs pour cette prochaine saison ? Rien que de poser la question prouve que cette troisième livraison n’a en rien démérité. On attend la suite….

Note : 16,5/20

Ber