bron-broen-the-bridge-saison-2-31

 

Genre : Série tv suédo-danoise (Policier) créée par Hans Rosenfeldt pour la chaîne SVT1 (Swe) et DR1 (Danemark).

Année : 2013

L’histoire : Après qu'un cargo volé s'est échoué contre un pont de l'Øresund, on le découvre vide de tout équipage sauf cinq jeunes enchaînés dans la cale. Ces jeunes, trois Suédois et deux Danoises, ont été enlevés et il s'avère qu'ils ont été volontairement infectés par une forme de peste pulmonaire. Les inspecteurs Rohde et Norén doivent de nouveau travailler ensemble mais leurs situations ont bien changé durant les treize derniers mois.

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou – 55 min.

Critique de ber :

La saison 1 avait scotché son petit monde ! Ici, l’essai est transformé et de quelle manière ! Tout d’abord grâce à un duo d’enquêteur toujours aussi habité. Entre l’inénarrable Saga qui tente la vie de couple et Martin qui essaie de reconstruire son cocon familial, les discussions personnelles offrent quelques moments irrésistibles entre cocasserie et malaise.

L’intrigue prend quant à elle aussi de la hauteur. En empruntant le même schéma dans une certaine théâtralisation des meurtres à la première saison, Bron sort tout de même quelque peu de son carcan de par l’identité des assassins. Ici, les deux enquêteurs feront face à une sorte de groupuscule terroriste, monté en plusieurs cellule. Et à chaque élucidation, une nouvelle couche de l’intrigue apparait.

Rarement un programme m’aura tant tenu en haleine au fur et à mesure de son déroulement. Entre chausse-trappe, fausse piste et déduction policière, le rythme effréné du programme percole jusqu’au nerfs des téléspectateurs.

Le nœud se dénouera fortement au neuvième épisode où l’on croit que tout est résolu. Et l’ultime segment d’apparaitre comme un épisode bonus bifide. D’un côté un dernier sursaut du cerveau du groupuscule et de l’autre, des événements qui laisseront des traces sur l’équipe policière qui s’est donné corps et âmes de bout en bout.

Et le thème générique de s’entonner lors de la dernière scène, abandonnant une Saga Noren sur le bitume, seule et désespérée. Et nous, encore tremblotant devant la grandeur ce cette série qui a réussi à rééditer le miracle de ses premiers atermoiements…

Note : 19,75/ 20 (pas 20 pour quelques petits raccourcis mais qui se logent très vite aux oubliettes tant le rythme est effréné)

Ber