Breaking_Bad_saison_4_decouvrez_The_Interrogation_le_graphic_novel_image_article_paysage_new

Genre : Série tv (Dramatique-humour noir) créée par Vince Gilligan pour la chaîne AMC.

Année : 2011.

L’histoire : Un prof de chimie de lycée, se sachant condamné par un cancer du poumon, décide de produire illégalement de la méthamphétamine pour subvenir au future besoin de sa famille.

A propos de la série :

Cette saison compte 13 épisodes de 45 minutes.

 

Critique de ber :

Tout bonnement  parfait. La série maintient un suspense de tous les diables en ne subissant aucune dégradation depuis la saison précédente. Les sirènes seront toujours autant au rouge pour nos deux lascars. Jesse va, d’abord, totalement sombrer à cause de l’acte répréhensible que lui a imposé son acolyte tandis que Walter White n’aura de cesse de tout faire pour éliminer son patron Gus, le big boss de Los Pollos Hermanos.

Ce dernier ne cessera de grimper dans la jauge du charisme maléfique. Sans sourciller, il égorgera un de ces larbins pour faire passer un simple message. Dans le même ordre d’idée, il bravera le cartel mexicain sur son propre terrain. Cela se soldera par une ribambelle de macchabées fumant sous le soleil !

La relation entre nos deux héros va pas mal évoluer aussi. Du rôle de sous-fifre, Jesse va petit à petit prendre de l’importance aux yeux de ses patrons. Un coup de plus sur l’échiquier de Gus afin de mettre la bisbrouille entre les deux hommes.

Le beau frère, en plein naufrage au vu de son handicap, va retrouver goût à la vie en reprenant sa chasse d’Heisenberg grâce à un collègue attentif. La série regagne alors les rails d’un schéma bien connu tout en évitant la redite par de  menus détails qui agrémentent le scénario.

Il n’y a pas grand-chose à jeter au final. On adore l’épouse qui se met à gérer les affaires de son mari et qui trouve, en la personne de son ex patron, une giga épine dans le pied avec des répercussions inattendues, on jubile devant l’ultime épisode qui a des parfums de Western spaghetti crépusculaire annonçant l’inéluctable pour Gus et l’on reste coi devant la toute dernière image qui, comme dans Usual Suspect, remet tout en perspective de manière ö combien crapuleuse !

Tout fonctionne donc dans le meilleur des mondes. Tout passe à l’écran. Que ce soit le plus odieux (l’empoisonnement d’un jeune garçon nécessaire à l’équation) ou le plus futile (Walter qui, tel un super héros, visse son haut-de-forme pour entrer dans la peau d’Heisenberg afin de rendre visite à Gus à son domicile privé)

La seule question qui peut persister, c’est comment la série va rebondir sur le grand final de la saison. Epilogue qui a des fameux airs de conclusion définitive de la série. Pourtant les producteurs ont annoncé que le programme connaitra une ultime saison qui clôturera les débats pour de bon. A suivre donc…

Note : 19/20

Ber