sons_of_anarchy_saison_2_original

Genre : Série tv (Dramatique) créée par Kurt Sutter pour la chaîne FX.

Année : 2009.

L’histoire : Charming, Californie. Un club de motard, le SAMCRO, a un certain contrôle sur la ville de par ses activités illicites (trafic d’arme surtout). Le tout est camouflé au sein de leur QG qui est également un garage de réparation qui a pignon sur rue.

A propos de la série :

Cette saison compte 13 épisodes de 45 minutes.

Critique de ber :

Fort d’une première saison explosive, les auteurs ouvrent cette seconde livraison sous le signe de l’introspection. Et ce, au travers les failles de chacun des personnages. Par exemple, Opie, qui vient de perdre sa tendre, n’arrête pas de prendre des risques insensés. C’est encore plus criant lorsque Gemma, la matriarche, se retrouve molestées jusqu’aux entrailles. Elle gardera tout pour elle, pour protéger le club. Et les exemples sont encore légions : le sheriff condamné par la maladie fait un véritable baroud d’honneur, le boss qui a besoin d’injection de cortisone dans les poings pour soigner sa douleur (sur une sans doute arthrite dissimulée aux autres) et un Jax, fidèle bras droit, qui ne sait comment gérer le secret honteux enterré par son mentor de toujours.

Entre dissensions intestines et un trafic d’armes qui se doit d’évoluer (le souffle de l’ATF court sur leur dos), le SAMCRO va pourtant devoir faire face à une menace bien plus dangereuse : Ethan Zobelle !

Ce notable se sert de ses accointances avecla White Powerpour de mettre hors jeu notre bande de farouches motards. Cette confrontation finira dans le feu et le sang en offrant une seconde partie de saison nerveuse à souhait.

De plus, les secrets éventés au sein du SAMCRO perpétueront ce chavirement vers quelque chose de plus costaud que ce soit visuellement ou bien psychologiquement. Et toujours au taquet, les scénaristes n'oublient pas de nimber leur bébé d'un humour omniprésent (le summum est atteint avec le rejet d'une prothèse testiculaire d'un des motards). Cela est nécessaire pour tourner un peu en dérision le côté bande de motards mafiosi qui pourraient devenir risible si tout le monde se prenait au sérieux! Tout l'art de la série réside dans ce subtil équilibre car si on ne s'arrêtait qu'au pitch sur le papier, l'entreprise n'était pas courue d'avance!

L'épilogue restera, quant à lui, dans les annales. Au détour d'un hasard providentiel (Gemma se voit offrir sa petite vengeance sur un plateau), le final nous réservera son lot d'inattendus. Au menu, un mort dans le clan, un rapt crapuleux et une cavale impérieuse pour un des persos. Que de la bonne marchandise pour la mise en branle d'une troisième pierre à l'édifice.

Comme autre moment fort, j'épinglerai la performance d'Henri Rollins (chanteur de Rollins band et ex Black flag) en aryen convaincu au regard torve, la scène d'anthologie qui voit la prude doctoresse, et copine de Jax, imposer son diktat à sa DRH ou encore l'hallucinée inspectrice de l'ATF qui est prête à toute les bassesses pour arriver à ses fins.

Tout roule donc dans le meilleur  des mondes dans cette saison qui consolide allégrement les fondations du programme qui ne demande qu'à s'inscrire dans le panthéon des séries phares de cette décennie!

Note : 19/20

Ber