bron

 

Genre : Série tv suédo-danoise (Policier) créée par Hans Rosenfeldt pour la chaîne SVT1 (Swe) et DR1 (Danemark).

Année : 2014

L’histoire : 13 mois ont passé depuis l’arrestation de Martin. Saga se voit affublé d’un nouveau détective danois, Thure, afin d’arrêter un tueur en série qui abandonne ses victimes dans de macabres mises en scène de part et d’autre du pont de Malmö.

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou – 55 min.

Critique de ber

Après avoir maintes fois prouvés qu'ils étaient les rois du polar, les scandinaves se placent ici en pole position du thriller télévisuel. Bron réussit l'exploit de transformer le double essai réussi lors de ses deux premières saisons.

Et ce, grâce à deux atouts majeurs. D'abord, les créatifs ont décidé de dupliquer le schéma narratif de la première saison. A savoir un tueur en série impénétrable jusqu'au dernier segment et qui commet ses forfaits à grand renforts de mise en scène.

En second lieu, les auteurs ont trouvé un nouvel équipier à notre chère Saga. Un coéquipier d'une complexité rare (toxico et qui vit littéralement avec les fantômes de sa défunte famille). Se nouera ainsi une relation tout à fait atypique qui poussera Saga à véritablement évoluer sur le plan affectif. Il faut dire qu’entre la perte de son mentor, une nouvelle boss un brin harcelante et la mort récente de ses deux parents, Saga ne sera épargnée par aucune vicissitudes scénaristiques…

Le jeu de chat et la souris avec le psychopathe marche très bien avec son lot de faux suspect et une enquête qui rebondit deux ou trois fois par épisode. Le savoir-faire du showrunner de Bron n'est plus à prouver. Poudrant quelque petite facilité émaille les 10 épisodes (un tueur qui se fait voler son portable par le plus grand des hasards par un personnage secondaire ou encore la jeune fille enceinte qui échappe à ses geôlier set part se cacher....chez elle!)

Ces petites scories sont franchement anecdotiques tant le rythme est effréné et c'est avec un certain brio que le mystère est éventé au tout dernier épisode. Avec une réelle pertinence réflexive sur une certaine idée de la paternité.

Et à la fin, Bron en gare encore sous le capot. Avec deux enquêteurs on ne peut plus proche investis d'une nouvelle mission mais totalement personnelle cette fois-ci. Cela fleure bon une quatrième saison pour asseoir définitivement le culte de cette série…

 

Note : 19,5/20

Ber