tru

 

Genre : Série tv américaine (Dramatico-fantastique) créée par Alan Ball pour la chaine HBO.

Année : 2013

L’histoire : Truman Burrell, le gouverneur de Louisiane, déclare la guerre aux vampires. Bill découvre que Lilith a fait de lui son prophète pour qu'il sauve sa race. Eric découvre l’existence d’un camp d’expérimentation sur les vampires. Sookie en apprend davantage sur l’identité et les intentions de Warlow, le meurtrier de ses parents…

A propos de la série :

La saison compte 10 épisodes de + ou - 55 minutes. Chaque saison correspond à un tome de la série de roman « La communauté du Sud » de Charlaine Harris, librement adaptée.

Critique de ber :

Que tout ceux qui ont crié à l’injustice de voir son rôle de Rogue(dans le X-men de Synger mouture 2014) totalement coupé au montage se rassure, Alan Ball nous ressert une livraison de True blood avec une Anna Paquin qui tient toujours autant le haut de l’affiche.

Je trouve que les auteurs ont assez bien gommé le côté ridicule d’une partie du scénario de l’an passé. Sans pour autant se départir du ton délirant inhérent à la série : il n’y a qu’à voir les expérimentations humaines sur des cobayes vampires non consentants ! La série retrouve donc une sorte d’équilibre salvateur surtout grâce à l’atténuation des pouvoir d’un Bill, beaucoup moins messianique pour le coup.

Du côté de Sookie, on va enfin découvrir la vérité sur la mort de ses parents. La menace Warlow, le meurtrier de ces derniers, va malheureusement épouser le cheminement inverse du crescendo.  De l’effroi face aux signes avant-coureurs de son arrivée, on va se retrouver devant un homme clair-obscur qui va se révéler être un nouveau personnage fantastiques bâtard (un vampire-fée). L’aura de Warlow s’étiole franchement au fil des épisodes. C’est le gros point noir de la saison.

Du côté intrigue secondaire, on jubile quand même pas mal. Tout d’abord avec le sheriff Bellefleur qui a hérité de 4 bébés fées, grandissant un peu trop rapidement. Ensuite, on suit avec émotion le destin funeste de son cousin Terry a qui l’on a fait oublier qu’il avait un contrat sur la tête. Bonnard ! Et tout le pan de scénario dans lequel se dépêtrent les loups garous et notre métamorphe Merlotte prend beaucoup moins de place et leur conflit a le mérite de trouver enfin une issue.

Au final, on passe vraiment un cap dans le bras de fer opposant le gouvernement de Louisiane et la gente vampirique. Une fois le camp de concentration vampire détruit et l’annihilation de leur pouvoir de déambuler au grand jour, la série va se targuer d’un grosse ellipse temporelle pour se remettre en perspective.

Cela se clôture, comme à l’accoutumée, sur un clifhanger qui illustre à merveille le nouveau danger qui obligera peut être humain et vampire à véritablement s’unir. L’ultime plan qui préfigure une attaque groupée d’un essaim de vampires infectés par un virus (séquelle des expérimentations du gouverneur) sur la population de Bon Temps nous plonge en plein survival zombie ! On n’en n’est pas à une référence horrifique près….

On attend l’ultime saison de cette série qui ne s’est jamais prise au sérieux, pour le plus grand plaisir des geeks libidineux avides de sensations et d’hémoglobine.

Note : 16/20

Ber